Psychanalyse Active - Psychanalyste à versailles

Psychanalyste Versailles

"Nous avons tous et chacun une biographie, un récit intérieur - dont la continuité, le sens, constituent notre vie.

On peut dire que chacun de nous construit et vit un "récit" et que ce récit est nous-mêmes. Qu'il est notre identité."

Oliver Sacks "L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau"

activation

*Comme son nom l'indique, la psychanalyse active met l'accent sur l'importance de l'activation. Elle repose sur les objectifs et fondements théoriques de la psychanalyse freudienne, qu'elle allie aux apports de thérapies humanistes plus proches du sujet, telles que celle du psychologue américain Carl Rogers (1902-1987).

 

dialogue actif

Au cours des séances, le regard du thérapeute est dénué de tout présupposé. Son écoute s'enrichit de la notion d'empathie et prend la forme d'un dialogue actif. Une relation d'aide se développe. L'expérience vécue se situe au centre du travail. Aucune grille de lecture n'interfère dans la relation. Le psychanalyste adapte la méthode en fonction de la problématique.

 

des cures courtes et dynamiques

En psychanalyse active, les cures sont courtes et dynamiques (trois ou quatre ans), adaptées au rythme et aux problématiques d'aujourd'hui. Une relation d'alliance s'instaure entre l'analysant (celui qui fait son analyse) et l'analyste (le psychanalyste-guide) basée sur le principe de la communication de deux savoirs : le vécu subjectif de l'analysant et le savoir-écouter de l'analyste.

 

L'analysant parcourt son histoire émotionnelle, rassuré par l'écoute neutre, bienveillante et chaleureuse de l'analyste. Au moyen de l'investigation de ses souvenirs, de ses émotions et de ses rêves, il cherche à activer des mémorisations refoulées loin du conscient. Les émotions du passé mal intégrées, qui empêchent de vivre aujourd'hui, sont alors revécues, analysées, soulagées de leur impact négatif.

 

UN DIALOGUE EN FACE à FACE

Le processus analytique est soutenu par une écoute active et un dialogue en face à face. Le parcours est structuré par des consignes de travail que le thérapeute propose à l'analysant d'effectuer entre les séances, afin de stimuler l'autonomie de celui-ci, qui vit l'analyse à son rythme. L'analyste est un miroir transférentiel, il aide à mieux se voir. La relation s'établit à une juste distance, n'impliquant pas de dépendance aux séances.


Le parcours à travers l'histoire personnelle et la redécouverte du subjectif constituent toutefois une étape nécessaire mais non suffisante pour résoudre les problématiques du sujet. C'est ici qu'intervient le plus nettement le rôle de l'agir : au fur et à mesure des prises de conscience sont envisagées et élaborées un certain nombre d'actions concrètes à mener. Les anciens comportements, devenus réflexes en réponse à des événements difficiles, ne sont plus adaptés.

 

L'accompagnement au changement permet à l'analysant d'apprendre à choisir de nouvelles façons d'agir, en conformité avec son devenir.


Ainsi, au travers de cette réinsertion dans sa propre histoire, l'analysant voit petit à petit se dessiner une continuité, se préciser une direction. Il est actif dans son analyse, il devient acteur de sa vie.

*Description issue du très bon ouvrage de Geneviève Abrial, Auteur de "Enfin moi ! Votre Psychanalyse active"

Psychanalyste Versailles Psychanalyste Versailles