· 

PETIT GUIDE DU CHANGEMENT en 6 règles - 3/6

règle III - le retrait est un suspens des capacités personnelles et il est égal à l'attente de la modification

Psychanalyste Psychologue à Versailles Paris

DÉMONSTRATION

Le retrait a libéré les capacités de toute effectuation pour les reconduire à l'état de possible. Le mouvement de retrait doit être compris maintenant non comme un retour en arrière, mais comme une négligence provisoire qui prépare une nouvelle relation.

 

C'est en ce sens qu'il devient suspens.

 

En effet, puisque les capacités sont capacités de relation à soi, aux autres et à l'environnement, cet état de potentialité est potentialité de réalisation effective.

 

Le renouvellement des capacité effectué grâce au retrait est donc déjà en puissance un mode de penser, de sentir et d'agir autrement cette relation.

En d'autres termes, la concentration, autre nom du retrait, est déjà l'expansion possible. Les capacités dans le suspens sont tendues vers le changement à réaliser. Le retrait comme suspens est devenu l'attention à ce qui pourrait advenir, soit l'attente d'une relation modifiée. CQFD !

 

COROLLAIRE 1

Il ne peut être question de s'attarder à cette expérience du retrait, comme si elle allait nous livrer la quintessence de l'humain ou de son origine. Elle n'a de sens et d'intérêt que reconduite à sa fin, c'est-à-dire à la modification de l'existence.

 

Cette règle est donc superflue en tant qu'elle ne fait qu'expliciter le contenu du retrait. Mais elle n'est pas superflue, car il arrive que le retrait soit gouté pour lui-même et que sa répétition soit recherchée en vue d'une prétendue entrée dans l'au-delà de l'humain.

 

COROLLAIRE 2

L'attente de ce qui n'est pas encore advenu ne serait pas supportable sans la proximité de l'attente du thérapeute. Une remarque semblable a été faite dans le corollaire de la règle II.

La situation est ici quelque peu différente.

Devant être maintenue pendant une certaine durée en direction d'un espace indéterminé, l'attente est très souvent génératrice d'angoisse.

C'est dans la tranquillité de cette attente au cours de laquelle il ne peut rien dire ni rien faire à la place du patient, que le thérapeute lui rendra l'attente possible.

 

François Roustang, La fin de la plainte, Ed. O. Jacob, Paris 2000

Cabinet Psy Coach à Versailles psychologue Versailles

psychologue Versailles psychologue Versailles psychologue Versailles Yvelines 78 Dans la population des psys, il est difficile de s’y retrouver. Faire le choix d’un psychothérapeute formé en institut, c’est choisir une personne formée continuellement et expérimentée qui a également l’obligation de faire une psychothérapie ou une psychanalyse, à l’inverse du psychologue formé en université et non formé en psychothérapie

Écrire commentaire

Commentaires: 0